Jeu, set et match pour les poulains !

Un effronté trio de poulains sest offert un petit périple pendant plus dune semaine à travers la campagne anglaise. Les trois compères ont finalement été piégés puis capturés sur un court de tennis, ce qui leur a valu des surnoms plutôt comiques.

 

Juste avant Noël, trois poneys ont été abandonnés et laissés en liberté dans un parc de la région de Bishop Auckland, dans le comté de Durham. Si les sections locales ont repéré le trio à plusieurs occasions depuis leur abandon et à chaque fois appelés la Royal Society for the Prevention of Cruelty to Animals (RSPCA) et la British Horse Society (BHS), les poneys ont toujours réussi à leur échapper.

Finalement, le 29 décembre, un membre du public a repéré les poulains marchant dans la neige dans Princes Street. Il a alors eu l’idée de les appâter avec du foin jusque dans l’enceinte close d’un court de tennis. Après avoir réussi à faire entrer les trois fugueurs, il a rapidement fermé la porte du court et alerté la RSPCA.

 

Le temps de trouver une solution durable, les poneys ont passé la nuit dans cette écurie de fortune, après que du foin et de l’eau leur a été apportés. Et si cet intermède sur le terrain de tennis n’a pas duré, puisque les poneys ont été emmenés dans une ferme voisine dès le lendemain, il leur a tout de même valu de drôles de surnoms. En effet les trois jeunes intrépides se sont vus affubler des noms de quelques unes des plus grandes stars de tennis, à l’instar de André Agassi, Pancho Gonzales et Rafael Nadal.

 

« Trois semaines plus tard, ce sont devenus de jeunes poulains adorables et amicaux qui ont un bel avenir devant eux. Il est donc très triste de penser que leurs anciens propriétaires ont considéré que c’était normal de les relâcher puisqu’ils n’avaient aucune valeur à leurs yeux. Les poulains ainsi que le public auraient pu être victime d’un accident, s’ils avaient erré librement plus longtemps. » a déclaré Jacqui Wilson, bénévole à la RSPCA. Elle a ajouté qu’il est « vraiment irresponsable » d’abandonner des chevaux (ou n’importe quel animal d’ailleurs), mais qu’avec la crise économique actuelle ce sont malheureusement des situations auxquelles ils sont « très souvent » confrontés.

Aucun propriétaire n’est venu réclamer les poneys et la RSPCA leur cherche désormais de nouvelles maisons.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *