Running Wild, l’histoire de l’étalon adopté par des zèbres

Running Wild, est le dernier livre de l’auteur sud-africain David Bristow. Le roman raconte les aventures et mésaventures de Zulu, un étalon Warmblood croisé avec un poney Boer. Si vous vous creusez encore la tête pour vos cadeaux de Noël, cet article vous est adressé. 

Le début de vie de Zulu est digne d’un roman équestre pour adolescente. Alors qu’il est poulain, une jeune fille tombe amoureuse du fier quadrupède et le ramène secrètement chez elle. Ils parcourent ensemble les infinies étendues qu’offre la brousse, libres et complices.

 

Un destin hors du commun

Les deux compères finissent cependant par être séparés, lorsque la crise économique force la famille à vendre le cheval. L’étalon est alors racheté par le Centre de recherche de l’université vétérinaire d’Afrique du Sud. Devenu cheval de laboratoire, il est soumis à des expériences visant à trouver des anti-venins contre la morsure des serpents les plus mortels d’Afrique. Les tests révèlent la robuste constitution et l’immunité naturelle du cheval, étant celui qui souffre le moins des injections de venin.

Le Centre de recherche disposant de chevaux en abondance, en revend souvent. C’est ainsi que Zulu toute un nouveau maître ; un cowboy et maître en sciences équines désirant créer un centre de safari à cheval dans la réserve de Mashatu au Botswana. Le rescapé devient l’un des chevaux pionniers de Limpopo Valley Horse Safaris et mène une vie d’aventure pendant quelques temps.

Mais les rebondissements ne s’arrêtent pas là ! En février 2000, un cyclone s’abat sur la côte est de l’Afrique australe. Paniqué par les vents violents et les inondations, Zulu et trois de ses compagnons se libèrent et s’enfuient dans le désert. Si les trois autres chevaux reviendront à l’écurie, le beau baie brun disparait.

Les années passent. L’étalon est finalement retrouvé, quatre ans plus tard, à la tête d’un troupeau de zèbres sauvages. L’acceptation du cheval par les zèbres et ce qu’il a fait durant ces quatre années reste une énigme. De nombreuses suppositions, résultats d’observations éthologiques, ont été émises. Le mystère a laissé la place aux plus folles imaginations, créant un mythe autour du cheval survivant.

 

Révélations scientifiques

L’escapade prolongée du cheval a, cependant, révélé des faits scientifiques intéressants : Zulu semble avoir développé des capacités d’auto-médication et de prévention en utilisant les végétaux locaux comme remèdes. Des plantes qui ont dès lors été étudiées et utilisées pour des tests qui se sont avérés fructueux. Les expériences sur le sujet se poursuivent et semblent être prometteuses d’un point de vue médical.

Son aventure a  également exacerbé son instinct de survie, notamment en ce qui concerne les prédateurs tels que les lions et les hyènes. Selon les grooms du safari, il est de ce fait devenu un élément essentiel lors des balades des touristes, donnant l’alerte à l’approche d’un quelconque danger.

Les antécédents de l’auteur en journalisme, sciences de l’environnement et en tant qu’ancien éditeur de l’un des principaux magazines de voyage en Afrique ont produit une histoire riche en faits pertinents sur la survie du cheval, en traditions et rebondissements. Bristow’s Running Wild, seulement disponible en anglais pour le moment, met en relief la vie incroyable d’un cheval de safari devenu un survivant et nous fait découvrir les paysages fascinants des plaines africaines. De quoi ravir les amoureux de la faune et/ou cavaliers, qui galoperont au rythme effrénés des péripéties de la vie de Zulu.

 

Anaïs Durr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *