Crystale, la jument qui patine !

Julie Berthet est une jeune patineuse professionnelle, et cavalière. Avec sa jument Crystale, elle a monté un spectacle unique où elles évoluent ensemble sur la glace !

« Pouvez-vous nous expliquer comment l’équitation et le patinage se sont rencontrés ?
De nombreuses choses sont entrées en jeu. J’ai commencé le patinage et l’équitation très tôt, à l’âge de trois ans. J’ai toujours gardé ces deux passions, mais à l’âge de huit ans, je pratiquais les deux en compétition (quelques concours de saut d’obstacles et de voltige et beaucoup plus en patinage) et j’ai dû faire un choix qui s’est porté sur le patinage. Au même moment, le meilleur ami de mon père qui était président du centre équestre où je montais m’a offert un cheval camarguais ce qui m’a permis de faire ma carrière en compétition de patinage et de garder l’équitation en loisir puisque mon cheval vivait à la maison.

Qu’est-ce qui vous a donné envie de faire du patinage avec Crystale ?
Depuis toute petite, je rêvais de mettre mon cheval sur la glace, mais je pensais cela impossible. J’essayais de réfléchir à des solutions, mais je ne trouvais pas…
J’ai eu une belle carrière de compétition en patinage artistique puis je suis passée professionnelle dans des compagnies de spectacle (Holiday on ice, Philippe Candeloro, Cirque d’Hiver Bouglione sur glace, et d’autres compagnies qui m’ont fait voyager à l’étranger). Dès la première année, j’ai voulu me différencier du « chorus » (numéro d’ensemble) qui ne m’intéressait pas particulièrement et j’ai voulu essayer autre chose tout en restant dans le patinage. Je me suis lancée le projet de patiner sur des échasses. Cela existe déjà en spectacle, mais très peu de patineurs le font. J’ai réussi assez rapidement et j’ai amélioré le numéro en apprenant quelques mouvements de jonglage avec des accessoires en feu. J’ai tourné pendant environ six ou sept ans avec ces numéros puis j’ai eu besoin de changer, de créer quelque chose de nouveau.

Pourquoi avoir acheté Crystale spécifiquement ?
Il y a cinq ans, j’ai perdu mon cheval camarguais (de vieillesse, il avait trente-quatre ans…), j’ai eu beaucoup de mal à m’en remettre, car j’avais toujours eu une relation très forte avec ce cheval. Ensuite, je me suis rapprochée d’un petit élevage qui m’avait souvent dépanné pour surveiller mes chevaux lorsque je partais. Il me conseillait lorsqu’il y avait un problème, cela m’a permis de remonter à cheval et de continuer à avoir le contact avec les chevaux. Mais j’avais besoin d’avoir mon propre cheval et je me suis lancée dans le projet à ce moment-là. Si je reprenais un cheval, j’avais besoin de tout faire pour essayer de trouver des solutions pour faire un duo sur la glace avec un cheval.
Au début, je voulais un grand cheval, mais assez vite, en faisant le point sur ce que j’imaginais faire et sur des questions de sécurité, je me suis tournée vers plus petit. Je me suis orientée vers les chevaux miniatures, car je souhaitais un cheval avec une silhouette et un caractère de « vrai » cheval et non un shetland. J’ai contacté plusieurs élevages mais je n’avais pas eu de coup de cœur puis j’ai trouvé Crystale sur Leboncoin ! Elle n’avait que deux ans, mais avait déjà un fort caractère qui m’a tout de suite interpellé. Elle avait été éduquée par une personne très compétente avec les chevaux, avec qui je garde contact et qui me conseille encore beaucoup ! J’ai fait le choix de l’acheter même si elle était très jeune, car je voulais qu’elle grandisse auprès de moi afin de travailler sur la relation de confiance entre elle et moi. Je n’avais aucune idée de si ça allait marcher, si elle allait réussir et aimer être sur une patinoire, d’accepter les éclairages, musiques et publique, d’apprendre des exercices… Le projet a pris forme vraiment tout doucement, étape par étape… Crystale a maintenant cinq ans et déjà quelques spectacles sur glace à son CV !

Continuez-vous à monter à cheval en parallèle ou vous consacrez-vous uniquement aux spectacles ?
Oui, je continue, mais je ne fais pas de concours. J’ai une jument qui a six ans que j’ai acheté à l’élevage où j’ai repris à monter et qui commence cette année à sortir en saut d’obstacles avec la cavalière de l’élevage. Je l’ai chez moi depuis qu’elle a un an et demi car c’était la pouliche qui tenait compagnie à la vieille jument de ma sœur lorsque mon cheval est mort. Je l’ai acheté a l’âge quatre ans et je me suis occupée de l’éducation et du débourrage de Crystale en parallèle.
J’ai fait beaucoup de compétition lorsque j’étais petite donc je ne suis pas particulièrement attirée d’en refaire, mais peut-être un jour ! Pour le moment, je m’occupe de mes deux juments ! Je ne veux pas gâcher le potentiel de ma grande jument donc je la fais monter par une jeune cavalière qui a un très bon niveau !

De quelle manière a-t-elle appris à patiner ?
J’ai reçu les conseils d’un maréchal-ferrant et après plusieurs essais, j’ai opté pour la solution des chaussons et crampons. J’avais des difficultés à trouver des chaussons adaptés à sa taille, mais la boutique SOS Sabot en Isère m’a trouvé ce qu’il fallait ! Il a fallu quelques modifications et des crampons spéciaux afin qu’il n’y ait aucun risque de chute une fois sur la glace.
Crystale a le caractère qu’il faut pour gérer des situations inhabituelles et j’ai beaucoup travaillé sur le relationnelle afin qu’elle m’obéisse même dans des conditions qui peuvent être risquées. Je travaille beaucoup sur sa musculature afin qu’elle soit toujours en forme pour gérer son corps sur une surface glissante.
Elle est très curieuse donc elle y est allée toute seule directement après avoir ouvert la porte de la patinoire la première fois !
Ses déplacements sont devenus l’naturels et elle n’a pas du tout peur même au galop… C’est plus moi qui m’inquiète !

Avez-vous une tournée de spectacles prévue ?
Pour le moment rien de sûr, elle a déjà fait quelques spectacles ponctuels en Suisse ou à l’Alpe-d’Huez (là où je travaille l’hiver et l’été en tant qu’entraîneur de patinage), et nous avons fait une petite tournée dans des Zénith en Bretagne à l’automne dernier avec Le fabuleux Noël de Pinocchio sur glace.
J’attends de voir les spectacles qui me seront proposés pour la saison d’automne.
Il faut voir si la tournée ne sera pas trop longue ou difficile pour elle, donc je ferai mes choix en fonction de ce qu’elle est capable de faire et du rythme de vie qu’elle a sur une tournée. La petite tournée que l’on a faite a été une bonne expérience, car j’ai pu voir qu’elle voyageait bien et qu’elle n’était pas perturbée à changer de lieux régulièrement ! Dans des Zénith de six milles personnes parfois…

Est-ce une « discipline » que vous souhaitez développer ?
Je pense que cela peut être très dangereux pour le cheval, je connais parfaitement la jument et je pense que d’autres chevaux ont les mêmes qualités et capacités, mais pas tous… L’avantage que j’ai aussi est de très bien connaître la glace et je peux facilement m’adapter à la situation en étant en patin afin de ne pas gêner le cheval ou au contraire intervenir ! Je connais très bien ma jument ce qui m’aide à savoir si quelque chose ne va pas et je connais très bien la glace et je peux juger si elle est un peu trop froide par exemple et qu’elle « accroche » moins sous les lames et donc même chose sous les crampons ! Il y a beaucoup trop de paramètres pour le développer en tant que discipline et j’aime trop les chevaux pour risquer de les mettre en danger s’ils ne sont pas aptes à le faire ! Je veux développer mon numéro, mais je ne veux pas que quelqu’un cherche à vouloir faire pareil en faisant prendre des risques à un autre cheval si tout n’est pas parfaitement au point avant de se lancer sur la glace ! « 

Propos recueillis par Eugénie LORIOTTI 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *