« Ce sont mes dernières épreuves à poney, je ne veux que bien faire ! », Léo Pol Pozzo

Léo Pol Pozzo, originaire de Granville dans la Manche, est un cavalier membre de l’équipe de France Poney avec Shamrock du Gite. Après s’être essayé à différents sports comme le golf, le tennis ou encore le hand-ball, c’est à huit ans que le jeune homme s’est finalement dirigé vers l’équitation. Il revient sur son parcours pour AtoutCheval.fr.

AtoutCheval.fr : Quel a été ton premier poney de concours ?
Léo Pol Pozzo : J’ai débuté la compétition avec Crako, la mascotte du centre équestre de Kairon dans la Manche. C’est un Shetland pie avec qui mes frères et moi avons progressé. Avec lui, j’ai participé à des épreuves de saut d’obstacles.

AC.fr : Dans quelles circonstances Shamrock du Gîte a-t-il croisé ta route ?
L. P. P. : Après avoir monté Okapi des Étisses, mes parents et moi recherchions un poney pouvant me permettre d’atteindre le haut niveau. Lors du Bonneau International Poney 2015, Shamrock s’est placé deuxième dans le Grand Prix CSIP (1,30m) avec son ancienne cavalière Justine Maerte, il nous a convaincu ! La même année, il a été classé champion d’Europe à Malmö avec Justine. Nous avons contacté la famille Maerte et il a intégré mon piquet de chevaux après le Sologn’pony en 2015. Aujourd’hui, je monte aux écuries de Beauclerc chez Claude Castex, près de Saint-Lô.

AC.fr : Quels sont tes meilleurs souvenirs avec lui ?
L. P. P. : Mon plus beau souvenir est ma victoire dans l’As Poney Élite Excellence de Lamotte-Beuvron. Shamrock m’a impressionné, c’était génial ! La Coupe des nations de cette année, organisée dans les cadre du Bonneau International Poney, est aussi un de mes plus beaux souvenirs puisque nous avons gagné. Il y avait un bon esprit d’équipe entre Sara (Brionne), Charlotte (Lebas), Rose (De Balanda) et moi ; même si les filles ont leur caractère ! (rires) Puis avec du recul, c’était aussi le dernier concours de Sara et Quibel (atteinte d’une pneumopleurésie, Quibel des Étisses s’est retirée du sport avant de devoir finalement être euthanasiée la semaine dernière, ndlr), ça reste donc un concours « spécial ».

AC.fr : Quels sont tes prochains objectifs à poney ?
LP. P. : Je concours actuellement mes dernières épreuves à poney. La saison prochaine, mon âge ne me permettra plus de m’engager dans des épreuves Poney, ayant seize ans. Alors je profite de chaque moment. Tout d’abord, je participerai au CSIOP de Hagen en Allemagne (du 13 au 18 juin, ndlr), c’est le dernier concours international avant les championnats d’Europe de Kaposvár alors je ne veux que bien faire. Puis, lors des championnats de France en juillet, je remettrai mon titre de champion de France en jeu. Nous verrons bien ce que ça va donner, même si j’aimerais bien garder ce titre. Enfin, je souhaiterais faire parti de l’équipe qui ira aux championnats d’Europe (l’année dernière Léo Pol et Shamrock ont signé la meilleure performance française lors des championnats d’Europe Poneys en se plaçant onzième dans le classement individuel, ndlr). Shamrock est mis en vente mais il ne partira pas avant ces événements.

AC.fr : As-tu commencé ta transition à cheval ?
L. P. P. : Oui, je monte actuellement ma jument de huit ans, Valeriane de Moyon. Ensemble, on concourt des épreuves à 1,35m et des CSI*. Nous prenons notre temps.

AC.fr : En parallèle, que fais-tu comme étude ?
L. P. P. : L’année prochaine, je débute une première scientifique. J’aimerai peut-être m’orienter vers une prépa aux écoles de commerces. Je ne sais pas encore. Au lycée, je n’ai pas d’horaires aménagés, mon rythme de vie est assez soutenu, je cours partout ! Cependant, mes cours passent avant tout.

 

Léa Tchilinguirian / Crédit photo : Alice Martel – As Poney CSO

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *